« "Les Républicains" France»

« "Les Républicains" France»
2011 Création du Blog (Les Amis de NS). From Paris, France. Par Morgane BRAVO *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... Candidate Législatives 2002, XVIe sud (14ème circonscription) Paris (75). « EDGERYDER » Conseil de l’Europe & Commission Européenne. « EUROBLOGGER »...*2016 Candidate "Premières élections des Républicains" au Comité de Circonscription et Conseillère Nationale. 4ème Circonscription 92. Suresnes - Nanterre. *Depuis 2004-à ce jour! Adhérente "UMP", puis Premier Membre Fondateur "Les Républicains".

mercredi 28 mars 2012

*Christian DUPUY : Pourquoi je soutiens Nicolas SARKOZY sans réserve*

Pourquoi je soutiens Nicolas SARKOZY sans réserve.

Voilà plus de trente ans que je connais Nicolas SARKOZY.

Les premières fois où je l’ai rencontré, j’étais agacé par ce « jeune loup » (il a quatre ans de moins que moi) qui semblait animé par une permanente impatience et une ambition dévorante.

J’ai par la suite compris qu’il avait une insatiable soif d’action.
Nicolas SARKOZY n’est pas un spectateur, encore moins un commentateur.
Non, il veut agir !
Agir sur le concret, faire bouger les choses, combattre les idées reçues, ne jamais se résigner à quelque fatalité que ce soit.
Nicolas SARKOZY a déboulé dans la vie politique française comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
Il détone dans un monde si convenu.
Il bouscule les convenances non par esprit délibéré de provocation mais simplement parce qu’il s’affranchit de tous les codes, de tous les préjugés. Parce qu’il est un esprit libre et qu’il s’est construit un corpus idéologique totalement indépendant de tout maître à penser avec pour seul guide la recherche permanente de l’action la plus appropriée à une circonstance donnée.

En ce sens il est le plus « Gaulliste » de tous les personnages politiques actuels.
Il est aussi surtout d’un courage stupéfiant.
Ce courage s’est révélé aux yeux de tous lors de la prise d’otages des élèves de l’école maternelle de Neuilly par celui qui se faisait appeler « HB ».
Il n’a pas hésité à aller, désarmé au devant du forcené bardé d’explosifs pour «  négocier » le sauvetage, un par un, des enfants retenus prisonniers par cet homme incontrôlable.

En 2007, il a su incarner une véritable rupture et convaincre des hommes et des femmes de tous les âges, de tous les milieux, de toutes les convictions qu’il pouvait représenter un véritable espoir de renouveau pour notre République.

Or, ce pourquoi les Français l’avaient élu a été, sitôt le bref « état de grâce » passé, le principal grief que lui ont opposé tout ce que notre pays compte de conservatisme, de bonnes consciences autoproclamées à peu de frais, de défenseurs d’une prétendue bien-pensance qui n’est que le masque de la défense de privilèges indus.

Lorsque l’on voit d’anciens sportifs, exilés fiscaux, vouer Nicolas SARKOZY aux gémonies ;

lorsque l’on entend les responsables de centrales syndicales parmi les moins représentatives au monde prétendre qu’ils défendent les intérêts des travailleurs en s’opposant coûte que coûte à une réforme des retraites qui n’avait d’autre but que de sauver leur financement et d’éviter de « refiler » la note aux jeunes générations ;

lorsque l’on entend l’allali de la quasi totalité des journalistes, des saltimbanques, des commentateurs narcissiques de la vie politique française et de tout ce que notre pays compte de bobos qui dissimulent leur égoïsme profond derrière une apparence d’altruisme bienveillant et compassionnel qui se limite au verbe et se concrétise rarement en actes ;

alors on comprend que les tenants de la révolution verbale germano-pratine (collabos sous l’occupation, résistants après la libération et maoïstes en mai 68) ne veulent pas de la rupture qui compromet leur totalitarisme intellectuel d’arbitres des élégances idéologiques.
Les 53% de Français qui avaient su se libérer de cette emprise pernicieuse en 2007 doivent se ressaisir, refuser de se laisser dicter par ces « bonnes âmes » qui les ont toujours trompés ce qu’il est « convenable » de dire, de faire, de penser ou de voter.

Nicolas SARKOZY a tenu ses engagements : il a sauvé nos retraites, il a fait l’autonomie des universités, il a remis l’Europe sur les rails, il a créé le G20 qui préfigure la gouvernance mondiale qui pourrait nous mettre à l’abri de nouvelles crises comme les crises financières et de la dette publique qui ont marqué ces dernières années.
Il a même tenu l’engagement qui concernait la défense du pouvoir d’achat.

La France est le pays de la zone euro qui a connu la meilleure progression du pouvoir d’achat ces dernières années malgré la crise.
Ce n’est pas Nicolas SARKOZY qui l’affirme, ce sont l’INSEE et l’OCDE qui le constatent.

Bien sûr certains de nos compatriotes on vu leur pouvoir d’achat baisser parce qu’ils ont perdu leur emploi ou parce qu’ils sont passés d’une activité professionnelle à la retraite mais cela  serait vrai avec n’importe quel président à l’Elysée.

En revanche le pouvoir d’achat moyen des Français a bel et bien progressé, notamment grâce aux heures supplémentaires sans charges et non imposables ou à la défiscalisation des petites successions.

Certes, le chômage s’est davantage aggravé qu’en Allemagne mais on omet de dire que les travailleurs allemands ont dû accepter des baisses de salaire pour garder leur emploi, que l’Allemagne compte plus de travailleurs pauvres que la France et surtout que le taux de travail des femmes y est moitié moins important qu’en France, les « femmes au foyer » allemandes n’étant pas comptées parmi les chômeurs.
Enfin, Nicolas SARKOZY sait avec qui il gouvernera s’il est réélu, ce qui n’est le cas d’aucun des autres candidats qui ne pourront s’appuyer sur aucune majorité parlementaire cohérente : quelle cohérence entre le PS, le Front de gauche et les Verts ? Quelle cohérence, au sein même du PS, entre François HOLLANDE, Martine AUBRY, Manuel VALLS, Arnaud MONTEBOURG… Sans parler de Dominique STRAUSS KAHN ?

Je comprends que Nicolas SARKOZY agace (même ses propres amis parfois) mais c’est parce qu’il ne se laisse pas enfermer dans des présupposés et qu’il est capable de faire face aux situations les plus diverses en trouvant des solutions innovantes et parfois déroutantes par leur nouveauté mais toujours dictées par l’intérêt supérieur de la nation.

Dans la période de turbulences mondiales telle que nous la vivons aujourd’hui, il est le seul à pouvoir garantir à la France de continuer à être  défendue et entendue à l’échelle planétaire.
Il est le seul à être doté du courage de poursuivre l’œuvre réformatrice indispensable pour assurer le sauvetage de notre modèle économique et social.

Voilà les raisons pour lesquelles je soutiens Nicolas SARKOZY et crois à sa victoire qui sera celle de la France.
 Christian Dupuy 
Maire de SURESNES

Bien à vous,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire