« "Les Républicains" France»

« "Les Républicains" France»
2011 Création du Blog (Les Amis de NS). From Paris, France. Par Morgane BRAVO *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... Candidate Législatives 2002, XVIe sud (14ème circonscription) Paris (75). « EDGERYDER » Conseil de l’Europe & Commission Européenne. « EUROBLOGGER »...*2016 Candidate "Premières élections des Républicains" au Comité de Circonscription et Conseillère Nationale. 4ème Circonscription 92. Suresnes - Nanterre. *Depuis 2004-à ce jour! Adhérente "UMP", puis Premier Membre Fondateur "Les Républicains".

samedi 28 janvier 2012

*Toutes les réactions politiques : sur le projet de Hollande et du débat Juppé vs Hollande

RÉACTIONS: Toutes les déclarations des politiques suite à l'annonce du programme de Hollande et son débat avec Juppé

RÉACTIONS: Toutes les déclarations des politiques suite à l'annonce du programme de Hollande et son débat avec Juppé
Jeudi était l'une des journées les plus chargées pour le candidat socialiste depuis qu'il est en campagne. En effet, François Hollande a présenté le matin à 11heures son programme présidentiel et notamment le chiffrage de son projet dans une conférence de presse exceptionnelle qui a duré plus d'une heure. Le soir il était l'invité de l'émission politique "Des paroles et des actes" diffusé sur France 2. A noter que ce n'était pas une simple banale interview, puisque ce dernier a été précisément interviewé sur son projet économique et il a débattu pour la première depuis qu'il est en campagne avec l'un des ténors de l'UMP, Alain Juppé qui est l'actuel ministre des affaires étrangères. Ce remue-ménage médiatique a fait réagir les hommes et les femmes politiques de tous bords politiques, Politique2012 vous propose de lire toutes les réactions ci dessous:

 Valérie Pécresse a jugé que le pacte présidentiel de François Hollande mettait «le modèle social» et la «crédibilité de la France en péril». «Il veut renoncer à 15 milliards d'euros d'économie sur la réforme des retraites. Tout ça n'est pas sérieux».

Marine Le Pen, La candidate du Front national  à la présidentielle, a elle qualifié de «mesurettes» les propositions socialistes, n'y voyant pas de «rupture avec le modèle ultra-libéral». C'est «un projet aseptisé (...) Où est la rupture avec la concurrence déloyale qu'on nous fait connaître avec le modèle (établi) sur le principe du libre-échange fou qui s'applique depuis des années?» Selon Marine Le Pen, le programme socialiste est une «adaptation au modèle ... qui est à l'origine de la crise».

Jean-Luc Mélenchon candidat du Front de gauche, a qualifié sur i-Télé le programme de son adversaire de «filet d'eau tiède». Toutefois, «il m'aide en ce sens qu'il désenclave le propos du Front de Gauche. Aujourd'hui, quand vous dites 'on va lutter contre la finance', plus personne ne vient dire: Monsieur Mélenchon, 'vous êtes un exagéré'», a-t-il reconnu. «S'il veut me tendre la main, qu'il le dise, et qu'il dise de quelle manière ça va se passer»

François Bayrou (MoDem) a mis en doute la crédibilité des propositions de François Hollande, et notamment de l'annonce d'un retour à un déficit de 3%. «Ce programme est très éloigné de ce qu'il faudrait pour qu'on ait un retour à l'équilibre crédible», a-t-il lâché. Et de poursuivre: «On ne reviendra pas à l'équilibre avec ce programme-là. Ce n'est pas vrai, ce n'est pas imaginable. Il n'y a pas dans ce programme une seule mesure d'économie».


Daniel Cohn-BenditLe coprésident des Verts au Parlement européen parle de «prêt à faire pendant cinq ans». Or, «personne ne sait si en 2013, le déficit public sera de 3,2 ou 2,8% du PIB. Cela dépend de l'évolution économique. Le pouvoir politique ne peut pas tout en économie», a-t-il expliqué. De plus, le député européen déplore «un manque de souffle écologique».

Nathalie Kosciusko-Morizet: «Il n'y a rien sur l'écologie, il n'y a pas de chapitre sur l'environnement. Et quand il y a une proposition, au détour d'un autre chapitre, c'est une proposition qui témoigne d'une grande méconnaissance du sujet (...) l reste flou. Pourquoi Fessenheim plutôt que Tricastin au titre du risque sismique, ou Le Blayais au titre du risque d'inondation?».

Martine Aubry, La première secrétaire du PS, s'est dit «très heureuse des priorités» fixées. «Ce projet, c'est d'abord un projet qui rassure, parce qu'il montre qu'il y a une autre politique pour sortir de la crise que celle que mène le gouvernement»

Ségolène Royal«On a des réponses précises, chiffrées, crédibles pour sécuriser les Français, leur donner confiance, accompagner le changement en avril et mai prochain», s'est satisfaite l'ancienne candidate du PS à la présidentielle. Avant d'enchaîner: «L'essentiel est la relance de l'activité économique, la protection du pouvoir d'achat des Français, la réponse aux questions sociales que sont l'école, la santé, le logement».

 Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, «M. Hollande apparaît très fréquemment comme suffisant, on a l'impression qu'il est déjà installé dans le costume de président de la République, que cela pour lui ne fait aucun doute, qu'il se voit élu, qu'il gouverne déjà», a ironisé le ministre. Il a également écarté tout découragement de Nicolas Sarkozy, qui n'a «aucun doute sur sa victoire».

 Jean-François CopéLe secrétaire général de l'UMP, «Je découvre une vraie arrogance, qu'Alain Juppé a notée aussi (...) Depuis plusieurs jours maintenant, il en est quasiment à se demander s'il faut une élection, tellement il est certain de gagner, M. Hollande

Bertrand Delanoë,maire de Paris,  a jugé qu'une victoire de François Hollande à la présidentielle «n'est pas encore acquise».«On est à trois mois de l'élection. Nous devons encore mériter de représenter cette envie de changement sérieux et juste que veulent les Français», a souligné le maire de Paris. «Nous devons rester modestes et François (Hollande) l'est... Il faut bien qu'il se prépare...

Bien à vous,
Morgane BRAVO

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire