« "Les Républicains" France»

« "Les Républicains" France»
2011 Création (Les Amis de NS...). From Paris, France. Par Morgane BRAVO *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... Candidate Législatives 2002, XVIe sud (14ème circonscription) Paris (75). « EDGERYDER » Conseil de l’Europe & Commission Européenne. « EUROBLOGGER »...*2016 Candidate "Premières élections des Républicains" au Comité de Circonscription et Conseillère Nationale. 4ème Circonscription 92. Suresnes - Nanterre. *Depuis 2004-à ce jour! Adhérente "UMP", puis Premier Membre Fondateur "Les Républicains".

vendredi 8 juillet 2011

*Convention UMP sur les défis de l’immigration...*

« Faire divorcer idéologie et immigration »

Lors de la convention UMP sur les défis de l’immigration, Jean-François Copé estime que « le bon sens doit prévaloir »

Implication du G20, une Europe qui doit mieux assumer ses responsabilités, fermeté et clarté contre l’immigration illégale, équilibre entre droits et devoirs…, l’UMP a formulé 23 propositions
Pays reconnu comme l’un des plus généreux de la planète de par, notamment, les prestations sociales qu’elle accorde à ses habitants mais également aux aides qu’elle octroie aux pays en voie de développement, la France est par nature et par tradition une terre d’accueil.

En 2010 190 000 arrivants ont ainsi été accueillis sur notre sol que cela soit au titre de l’immigration familiale, de l’immigration professionnelle, d’étudiants ou encore du droit d’asile.

Pour autant la tradition d'accueil de la France ne doit pas nous interdire d'avoir une réflexion sur une une politique d’immigration choisie adaptée à nos besoins, aux situations sans cesse mouvantes et ce dans un contexte où l’immigration est une composante incontournable de la mondialisation ?

« En matière d’immigration nous devons nous adapter en permanence en fonction des évolutions géopolitiques, sociales, économiques », considère Jean-François Copé qui a animé, jeudi 7 juillet, avec Valérie Rosso-Debord, députée, la convention de l’UMP sur le thème des « Défis de l’immigration ». « Oui, répondait en écho Rachida Dati, députée européenne, l’immigration est aujourd’hui une donnée incontournable, un sujet en mouvement qui doit être sans cesse sur la table des discussions ».

En programmant cette convention à près d’un an de la Présidentielle, l’UMP voulait traiter dans une démarche sereine et constructive cette question qui suscite à sa moindre allusion des réactions irrationnelles à gauche. L'objectif est d' apporter des propositions au futur candidat de notre majorité dans le cadre du projet 2012.

« La France est une exception », note Claude Guéant. « La question de l’immigration est un vrai sujet de dispute politique comme s’il devait y a avoir une fâcherie perpétuelle. Malheureusement, à l’initiative de la gauche, ces sujets sont devenus des lieux d’invective plutôt que de respect », regrette le ministre de l’Intérieur qui trouverait « irresponsable » de ne pas agir pour réduire les flux d’immigration régulière lesquels influent sur la qualité d’intégration des nouveaux arrivants. Tout en remarquant que « les capacités d’accueil ne sont pas sans limites ».

S’interrogeant sur « quelle politique d’immigration et d’intégration nous voulons pour notre pays », le ministre de l’Intérieur estime que
« ce qui compte c’est que chacun vive de façon harmonieuse avec un mode de vie commun et non séparé ».

Aux réactions épidermiques de la gauche sur les questions d’immigration, Claude Guéant trouve cette attitude d’autant plus « surprenante » qu’en Europe les partis socialistes, au pouvoir ou non, traitent de cette question avec pragmatisme.

D’où l’ambition et la volonté de Jean-François Copé de « faire divorcer en France l’idéologie des questions d’immigration
». «Le bons sens doit prévaloir », souligne le secrétaire général de l’UMP.

Et le bons sens n’est-il pas de regarder le monde tel qu’il est, de mesurer ses évolutions et d’apporter des réponses adaptées aux situations :

Monde.- Enjeu pour l’ensemble de la planète, les questions migratoires ne sont jamais évoquées ni travaillées dans les instances internationales que cela soit l’ONU, le G8, le G20. L’idée serait donc, sous l’impulsion de la France, de faire de la gestion concertée des flux migratoires (avec les pays d’émigration) une priorité des G28 et G20. Mais également de concentrer l’aide au développement dans les pays du Sahel qui connaissent un développement limité, ce pour qu’ils puissent garder leurs populations et talents au service de leur propre développement.

Europe.- « Dans l’Europe on a tous les outils, la législation, les institutions mail il y a un manque de courage des politiques », cible Rachida Dati. Allusion aux droits d’asile et d’intégration dans l’Espace Schengen dont les règles semblent appliquées différemment selon les pays. L’UMP propose que l’on identifie mieux les responsabilités en Europe par le biais d’une véritable gouvernance politique sur l’espace Schengen comme elle vient de le réaliser sur l’économie. Une agence européenne dédiée à l’Espace Schengen tout comme un poste de Commissaire européen spécifiquement en charge de l’immigration, de l‘intégration et du co-développement pourraient être créés.

Europe et France.- L’UMP réclame une politique de fermeté et de clarté contre l’immigration illégale en :

  • conditionnant systématiquement l’obtention de titres à une entrée régulière sur le territoire, sauf raisons humanitaires exceptionnelles. « Il ne faut pas que le droit de recours soit un moyen d’immigration illégale », observe le député Philippe Cochet (Rhône) qui réclame une réduction du délai d’instruction du dossier et une harmonisation européenne;
  • conditionnant au niveau européen le nombre de visas délivrés et l’aide au développement en fonction de la coopération pour le retour des immigrés illégaux ;
  • instituant au niveau Schengen une caution-retour pour tous les dossiers à risques de visas de courts ou moyens séjours. Cette caution serait rendue une fois le retour effectué.
France.-
  • L’UMP souhaite responsabiliser tous les acteurs pour adapter l’immigration à nos besoins. « Nous souhaitons que les partenaires sociaux soient associés à la réflexion sur l’immigration légale et le travail ai sein d’une Conférence nationale sur l’immigration», propose Jean-François Copé. Cette conférence accueillerait également les acteurs politiques, économiques, associatif et administratifs, ce pour déterminer les priorités, les bonnes pratiques et les demandes éventuelles en main d’œuvre par secteur.
  • De même l’UMP souhaite que les employeurs soient plus impliqués dès qu’ils font appel à des travailleurs immigrés en contribuant à leur bonne intégration dans la société française par la prise en charge de tout ou partie des dépenses de la collectivité pour former le nouvel arrivant (langue, respect des valeurs républicaines…).
  • Pour l’UMP, parti des droits et des devoirs, l’obtention de droits (prestations sociales, école publique gratuite, accompagnement personnalisé lors de recherche d’emploi…) est liée au respect des règles des lois de la République. L’UMP propose ainsi de conditionner les prestations sociales au respect des obligations scolaires et celles des contrats d’accueil et d’intégration, de porter de 18 à 24 mois la durée de séjour minimal avant de pouvoir bénéficier du regroupement familial qui sera conditionné par le respect des lois de la République.
A cette question sensible et difficile qu’est l’immigration, l’UMP a répondu par cette convention aboutissement de plusieurs mois de travail au sein des fédérations, clubs politiques, think-tanks, groupes parlementaires …

Les propositions que nous formulons se veulent pragmatiques et concrètes, loin des propos choquants du Front national qui fait de l’immigration une rente de situation en dénonçant les problèmes sans jamais apporter de solutions.

Quant au PS, il cultive comme à l’accoutumée son ambigüité en critiquant notre politique au niveau nationale mais en prenant bien soin au niveau local, comme Bertrand Delanoë, maire de Paris, de faire évacuer par les forces de l’ordre un gymnase où des ressortissant tunisiens avaient trouvé refuge au lendemain de la révolution dans leur pays.

Pour sa part l’UMP reste fidèle à ses valeurs, convictions dans un esprit de responsabilité et de générosité.


Bien à vous,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire