« "Les Républicains" France»

« "Les Républicains" France»
2011 Création (Les Amis de NS...). From Paris, France. Par Morgane BRAVO *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... Candidate Législatives 2002, XVIe sud (14ème circonscription) Paris (75). « EDGERYDER » Conseil de l’Europe & Commission Européenne. « EUROBLOGGER »...*2016 Candidate "Premières élections des Républicains" au Comité de Circonscription et Conseillère Nationale. 4ème Circonscription 92. Suresnes - Nanterre. *Depuis 2004-à ce jour! Adhérente "UMP", puis Premier Membre Fondateur "Les Républicains".

vendredi 27 mai 2011

* « La flamme qui nous porte doit aussi être celle du travail »*

Photo©Morgane BRAVO 

L’occasion d’évoquer l’exemplarité et l’éthique…

 Plus de mille personnes ont participé, samedi, à un séminaire de réflexion autour des valeurs et de la mondialisation

« Nous faisons de la politique parce que nous croyons tous à quelque chose et il est bon de s’attarder sur ce que l’on croit et d’échanger ».

En ouvrant samedi matin à la salle Gaveau (Paris VIIIème) un séminaire de réflexion réservé aux militants, cadres et élus de notre mouvement,  Jean-Pierre Raffarin, 1er vice-président du Conseil national de l’UMP, soulignait la philosophie de ce rendez-vous inédit : « une conférence magistrale pour prendre le temps d’aller au fond des choses ».

« Dans nos actions, j’accorde une place prioritaire à la formation de nos militants, cadres, élus », considère Jean-François Copé pour qui « la flamme qui nous porte ce doit aussi être celle du travail ». Ce rendez-vous, qui sera suivi d’autres, est une « manière d’inviter chacun d’entre nous à s’interroger sur les raisons profondes, sur les sources mêmes de son engagement ».

Pour ce premier séminaire axé sur « les valeurs et la mondialisation », le millier de personnes présent a pu longuement échanger avec les trois orateurs (le philosophe Luc Ferry, l’économiste Lionel Zinsou et Jean-Pierre Raffarin) sur le rôle des leaders politiques, les conséquences des excès de la personnalisation ; l’évolution des valeurs dans notre société ; la place et le rôle de la France dans une économie mondialisée.

Ancien Premier-ministre, président du groupe UMP au Sénat, 1er vice-président du Conseil national de l’UMP, Jean-Pierre Raffarin s’appuyant sur l’actualité récente et sur les effets et impacts de la mondialisation de la médiatisation s’interroge sur les excès de la personnalisation en politique.

Si l’ambition d’une femme ou d’un homme politique est légitime elle ne doit être que si elle incarne le projet politique d’une équipe. Cette incarnation équilibrée et puissante fera que le projet politique promu par une équipe, un parti deviendra compréhensible au plus grand nombre. C’est ce qui différencie la droite porteuse d'un projet politique ambitieux et incarné par Nicolas Sarkozy et le Parti socialiste englué dans des batailles internes pour savoir qui pourra être le potentiel candidat. Pendant ce temps-là le projet PS est aux oubliettes.

« La question du projet politique est un élément fondamental, c’ est l’ADN de notre politique », résume Jean-Pierre Raffarin. « Le jour où le projet se résume à une personne et que cette personne s’effondre, tout s’écroule… ».

Insistant sur l’ « exemplarité des puissants », Jean-Pierre Raffarin plaide également pour un retour de la morale et de l’éthique. « Pour moi, ajuste-t-il, l’éthique doit être en cohérence entre une pensée et des actions ».

« Et il faut retrouver du sens », poursuit Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale, philosophe pour qui la mondialisation est l’occasion de redonner du sens à l’action politique.
« Nous avons beaucoup de chance d’avoir eu Nicolas Sarkozy pendant la crise », estime Luc Ferry car le président de la République a répondu aux questions essentielles face à la mondialisation : comment retrouver du pouvoir sur le monde ? Comment récupérer des marges de manoeuvre sur le cours du monde ?

« Face à la mondialisation,  la gauche est réactionnaire. Le rôle de la droite est d’accélérer et d’anticiper le mouvement », note Luc Ferry pour qui la droite doit
« reprendre l’idée gaulliste de la participation et de l’intéressement » mais également avoir une grande démarche vers la jeunesse et la famille.

« Dès lors que l’on veut être dans une logique de conscience, il ne faut pas craindre de mettre la confiance dans la famille », poursuit Jean-François Copé notant au passage que la France a la politique familiale la plus performante et la plus moderne au monde. « La France apporte les conditions d’une vie familiale qui donnent un chemin pour chaque enfant, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de fragilités », note le secrétaire général pour qui « le meilleur chemin pour avancer est d’être positif ».

Mais également d’avoir un bon mental, d’avoir foi en l’avenir, l’une des fragilités de notre pays alors que la France, comme le souligne l’économiste indépendant Lionel Zinsou est un modèle stable, conquérant et protecteur.

« La France est le pays de l’OCDE qui a le mieux traversé la crise. Le 1% de croissance au 1er trimestre 2011 n’est pas un hasard. Le revenu des ménages, comme la consommation, n’ont pas baissé pendant la crise. La France n‘est pas une puissance moyenne. C’est elle qui a inventé le G20 avant la crise », détaille Lionel Zinsou comme autant de raisons d’être fiers et d’avoir foi en l’avenir de la France ».
Ce séminaire s’est poursuivi l’après-midi par des ateliers de formation.

UMP 

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire